Wallonie et Bruxelles : changements concernant le photovoltaïque Wallonie et Bruxelles : changements concernant le photovoltaïque

Wallonie et Bruxelles : changements concernant le photovoltaïque

Actu énergie  — 

Concernant la Wallonie,

Le tarif prosumer en place depuis le 1er octobre 2020, reste flou pour la plupart. Pour rappel, ce n’est pas une taxe, mais bien un tarif imposé pour l’utilisation du réseau de transport et de distribution. L’objectif est donc que les propriétaires de panneaux solaires payent l’utilisation du réseau. 

Ce forfait de compensation se calcule en fonction de la puissance électrique de l’installation des panneaux solaires et se base sur une autoconsommation de 37,76 % de l’électricité produite. Ce sont les gestionnaires de réseau qui le calculent et l’appliquent. Ce tarif varie souvent entre 234 et 346 € par an pour une installation de 3,4 kWe. 

Les nouvelles mesures de compensation : 

  • Jusque fin 2021 : tarif prosumer est financé à 100  par le gouvernement régional. Le tarif est donc de 0 € pendant cette année.
  • Entre 2022 et 2023 : la Région wallonne continuera à financer 54 %. Les 45,73 % restants seront donc à la charge du prosumer.
  • À partir de 2024 : les propriétaires devront payer à 100 % le tarif prosumer. Pas de panique si vous installez vos panneaux en 2024 : oui, vous ne recevrez pas d’aides, mais des primes pourraient réapparaître pour que l’investissement reste rentable avec une possibilité de vendre l’électricité non consommée (à condition d’un compteur double flux).   

L’objectif de ce tarif est d’amener les propriétaires de panneaux solaires à auto consommer l’électricité produite. Mais également d’inciter un compteur double flux d’ici 2024. Ce compteur mesure l’injection et le prélèvement de votre électricité. Il permet de choisir le tarif proportionnel et donc d’éviter de payer le fameux tarif prosumer. En effet, vous payez le tarif réseau que pour l’électricité réellement prélevée sur le réseau.

Concernant Bruxelles,

À Bruxelles, c’est le régime des certificats verts qui a été impacté cette année. Pour rappel, lorsqu’un particulier installe des panneaux solaires, il devient producteur d’électricité verte et donc un droit à  des certificats verts. Ces derniers peuvent être revendus à un fournisseur d’énergie afin de rentabiliser l’installation photovoltaïque. 

Depuis début 2021, toutes les nouvelles installations photovoltaïques verront le nombre de certificats verts octroyé diminuer :

  • Inférieur à 5 kWc : octroie de 4 au lieu de 3. 
  • Pas de changement pour les installations entre 5 et 36 kWc, toujours 2,4.
  • Entre 36 et 100 kWC : octroie de 1,9 au lieu de 2,4.
  • Entre 100 et 250 kWc octroie de 1,6 au lieu de 2,4.
  • Supérieur à 250kW : octroie de 1,3 au lieu de 2,4.

A Bruxelles, il y a également une obligation d’installer avant l’installation photovoltaïque : un compteur digital bidirectionnel et d’un compteur certificats verts. 

Pas de panique pour les propriétaires de panneaux solaires installés avant le 31 décembre 2020, le nombre de certificats verts ne diminuera pas pendant les 10 ans auxquels ils y ont droit.